Hébergement d’urgence

Le point sur les différents dispositifs :

Inscrit dans la loi, le droit à l’hébergement n’est pourtant pas respecté pour des milliers de personnes qui, trop souvent, passent la nuit à la rue faute de place en centre d’hébergement d’urgence. Mais qu’est-ce que l’hébergement d’urgence ? Qui peut en bénéficier ? Comment obtenir une place et pour combien de temps ? Le point sur les dispositifs d’hébergement d’urgence.

Définition de l’hébergement d’urgence

Il existe différentes structures d’hébergement temporaire destinées aux personnes vulnérables et isolées, parmi lesquelles celles sans hébergement fixe : centre d’hébergement d’urgence (CHU), centre d’accueil pour demandeurs d’asile (CADA)…

Le centre d’hébergement d’urgence assure un accueil et une mise à l’abri inconditionnelle et gratuite pour les personnes en grande exclusion. Cette solution est centrée sur la réponse aux besoins immédiats et élémentaires des personnes sans-abri, mais ces dernières accèdent également à des informations, voire une orientation selon leur demande. 

Le centre d’hébergement et de réinsertion sociale propose un accompagnement social global. Les personnes accueillies sont invitées à souffler, reprendre confiance en elles et cheminer vers un projet d’insertion visant à l’autonomie.

Un centre d’hébergement d’urgence, pour qui ?

Il n’y a aucune condition pour bénéficier d’un hébergement d’urgence. L’hébergement d’urgence est inconditionnel. Toute personne sans-abri, démunie ou exclue – quelle que soit la nature de l’exclusion – peut être accueillie. Ainsi, âge, situation familiale, nationalité, régularité de séjour, sexe… ne comptent pas. Néanmoins, certains centres d’hébergement d’urgence peuvent être spécialement destinés aux hommes ou aux femmes.

La prise en charge en urgence 

Le 115. C’est le numéro national pour les personnes sans-abri. Gratuit, ouvert en permanence, ce numéro peut être composé par les personnes ayant besoin d’un hébergement d’urgence elles-mêmes, ou par des tierces-personnes souhaitant venir en aide. 

Les Services Intégrés d’Accueil et d’Orientation (SIAO) qui, à l’échelle départementale, sont chargés de gérer l’urgence et d’orienter les personnes vers les solutions les plus adaptées en termes d’hébergement d’urgence.  

Créé en 2010, il doit devenir, à terme, le guichet unique de cette demande afin de simplifier les démarches pour les personnes et pour les travailleurs sociaux qui les accompagnent. Néanmoins, des personnes à la rue peuvent être conduites ou orientées vers un centre d’hébergement d’urgence par les équipes des maraudes, en coordination avec le SIAO.

A Paris et dans d’autres départements, compte tenu de l’ampleur de la demande et de l’urgence de tant de situations, il existe deux SIAO. L’un consacré à l’urgence et l’autre à l’insertion. Le SIAO urgence est opéré par le Samu social, c’est le fameux 115. 

L’hébergement d’urgence pour combien de temps ?

Le principe de l’hébergement d’urgence est qu’il soit temporaire, le temps de trouver une solution durable et adaptée aux personnes sans domicile fixe, grâce à un parcours d’accompagnement proposé par la structure. 

De quelques jours à quelques mois, la durée d’un séjour en centre d’hébergement d’urgence est variable, en fonction de la situation individuelle de la personne accueillie. Dans tous les cas, les personnes en grande précarité doivent pouvoir rester hébergées tant qu’une autre solution n’a pas été trouvée : il s’agit du principe de non-remise à la rue.

L’hébergement d’urgence à La Mie de Pain

A Paris, les Œuvres de La Mie de Pain gèrent 7 structures visant à fournir une aide d’urgence aux personnes en détresse et à les accompagner vers une réinsertion sociale et/ou professionnelle durable.

Parmi les différentes actions sociales mises en œuvre par l’association, le Refuge est un centre d’hébergement d’urgence et d’insertion pour des hommes majeurs. La Mie de Pain propose également aux femmes seules souffrant de grande exclusion un foyer spécialement dédié.

Le Refuge, premier centre d’hébergement d’urgence à Paris

Situé dans le 13e arrondissement de Paris, Le Refuge accueille des hommes majeurs tous les jours de l’année, 24/24h et 7/7 jours. 360 personnes en situation précaire y sont hébergées en chambres simples, doubles, ou en petites unités de vie : elles occupent 300 places d’hébergement auxquelles s’ajoutent 60 places ouvertes en cas de situation exceptionnelle comme par exemple le déclenchement du Plan Grand Froid. Si environ un tiers des places sont dédiées à l’hébergement d’urgence, la majorité des personnes résident au Refuge et sont en parcours d’insertion. Elles sont suivies par un travailleur social en vue d’accompagner leur parcours vers l’accès à l’emploi et au logement. Un pôle santé est également accessible pour les 360 usagers du Refuge avec la présence de médecins bénévoles, d’infirmières et d’aide-soignantes psychologues.

Le Foyer Femmes

Ouvert depuis fin 2016, le Foyer pour femmes de la rue Vergniaud, à Paris, accueille une soixantaine de femmes isolées et en détresse. Après des années d’errance, victimes de la dureté de la rue, elles peuvent y trouver un havre de paix pour se reconstruire. Hébergées dans des chambres de 2 à 4 lits, elles sont suivies par des travailleurs sociaux pour retrouver des repères, se fixer des objectifs et parvenir à une réinsertion sociale et professionnelle. 

Comment aider un SDF ?

10 conseils pour aider un SDF

Il y a de plus en plus de personnes sans-abri dans votre quartier ? Vous ne vous habituez pas à voir des SDF dans les rues, dans le métro. Des hommes, des femmes, des enfants, parfois des familles entières sans toit, confrontés à la violence de la rue, au froid, à la faim ? Vous souhaitez aider les personnes démunies ou en difficulté, mais vous ne savez pas comment vous y prendre ? Acteur majeur de l’aide aux personnes très vulnérables en Ile-de-France, La Mie de Pain vous donne quelques conseils pour agir concrètement en faveur des personnes en grande difficulté.

1 – Porter un regard bienveillant sur les personnes exclues

Ne pas juger, dire bonjour, être à l’écoute… c’est le premier pas vers une main tendue qui peut se révéler très réconfortante pour une personne qui souffre d’exclusion. Perte d’emploi, séparation, maladie… Un accident de la vie peut conduire une personne à la rue plus facilement qu’on ne le croit. Personne n’est à l’abri. C’est pourquoi, la solidarité commence par l’empathie

2 – Entrer en relation avec une personne isolée

Pour aller plus loin, par exemple avec une personne que vous croisez régulièrement, peut-être pourriez-vous engager une conversation avec la personne. Si vous sentez que la personne est disposée à discuter (ce n’est pas toujours le cas), commencez par vous présenter et demander à la personne comment elle s’appelle. C’est déjà un premier pas pour sortir de l’anonymat et de l’indifférence de la rue

3 – Mettre à l’abri les personnes en détresse

Parce qu’être SDF, ce n’est pas simplement avoir faim et froid : c’est risquer la violence de la rue, c’est manquer de soins essentiels, c’est également manquer des informations de base pour se protéger et s’en sortir durablement. Aussi, permettre à une personne à la rue de se mettre à l’abri, c’est tout simplement porter assistance à une personne en danger et lui donner une chance de se relever.

Dans l’urgence, si vous remarquez qu’une personne SDF est en détresse, contactez le 115. Le Samu Social centralise en temps réel les capacités d’hébergement dans le département et organise la mise à l’abri de la personne. Certains des SDF seront accueillis au Refuge de La Mie de Pain, un centre d’hébergement d’urgence et d’insertion où nous accueillons chaque jour plus de 350 personnes en difficulté, et servons plus de 1000 repas chauds. 

En cas d’urgence médicale appelez le 15 (Samu) ou le 18 (sapeurs-pompiers).

Si la personne refuse que vous appeliez un numéro d’urgence et vous dit préférer rester dans la rue, n’hésitez pas à proposer un café, de la nourriture, une couverture, des protections hygiéniques si la personne est une femme… et surtout, parlez avec la personne et demandez-lui ce dont elle a le plus besoin !

4 – Donner à une association pour aider les SDF

Faire un don à une association comme La Mie de Pain, c’est lui permettre d’agir concrètement en faveur des personnes les plus démunies. Avec une cinquantaine d’euros, notre association peut héberger, nourrir et soutenir un SDF durant trois jours. Grâce à un engagement plus régulier, vous nous permettez de sortir de l’urgence et d’envisager avec la personne les moyens de retrouver le chemin d’une insertion durable. Bon à savoir : 75% du montant de votre don sera déduit de votre impôt sur le revenu.

5 – Faire du bénévolat pour aider les personnes démunies

Sans bénévoles, des associations telles que la nôtre ne pourraient agir. A La Mie de Pain, les bénévoles agissent avec les équipes salariées au sein de nos différentes structures pour des missions variées, toutes utiles. Service au réfectoire, tri de vêtements, soutien administratif, collecte de denrées alimentaires, aide aux devoirs… Vous avec envie de faire rimer vos valeurs et vos actions ? Venez nous rejoindre !

6 – Faire un don en nature pour venir en aide aux personnes en détresse

Vous gérez un restaurant et avez régulièrement un surplus de nourriture ? Vous avez des kilos de vêtements en bon état à donner ? Pour La Mie de Pain, tous les gestes sont importants. Prenez contact avec nous pour échanger sur les différents moyens d’agir !

7 – Devenir adhérent d’une association pour exprimer votre solidarité

Devenir adhérent d’une association, c’est d’abord en partager les valeurs. C’est aussi exprimer son engagement concrètement, en vous investissant au cœur même de l’association, au-delà d’une participation aux actions de terrain. Devenir adhérant de La Mie de Pain, c’est nous accompagner dans nos réflexions et construire avec nous les actions d’aujourd’hui et de demain. 

8 – Faire un legs pour transmettre vos valeurs

Si vous n’avez pas d’héritier direct, saviez-vous que vous pouvez organiser votre succession en faveur d’une association en faveur de personnes en difficulté, sans léser vos héritiers indirects ? Tous les détails sur les legs en faveur de la Mie de Pain ici

9 – Agissez avec vos amis, vos collègues !

Et si vous organisiez une collecte ? Un anniversaire, un pot de départ à la retraite ? Un défi entre collègues ? Une course au profit d’une œuvre caritative ? Tous les moyens sont bons pour se montrer généreux et créer une émulation solidaire ! N’hésitez pas à nous faire part de votre projet de partenariat.

10 – Faites passer le message !

Agir, c’est aussi rester informés sur nos actus et nous aider à nous faire connaître via les réseaux sociaux et notre compte Facebook.