Sélectionnez votre profil

Décès de Marciane Pierre, ancienne salariée de La Mie de Pain

Marciane PierreMarciane PIERRE est décédée brusquement le 1er novembre 2014 à l’âge de 55 ans.

 

Entrée dans notre association en 1987, elle avait commencé par organiser et diriger les séjours des enfants et des adolescents à la Colonies des Frasses tout en animant le Relais Social, ce service si particulier qui fournissait domiciliation, orientation et vêtements à celles et à ceux qui le sollicitaient, qu’ils aient été hébergés au Refuge ou non.


Sous la houlette de Pierre MEUNIER, directeur de l’association à cette époque, elle mit en place au Relais Social le service RMI en 1990 et ouvrit en 2001 la première salle de jour, accueil de première nécessité qui complétait celui de la nuit, total et inconditionnel du Refuge et ancêtre de l’Arche d’Avenirs actuel. La salle de jour rencontra un tel succès auprès des personnes, que son animation et sa gestion dut être séparée du Relais Social, et son initiatrice Marciane PIERRE en assura la responsabilité.


Du projet européen d’où naquit la Chorale, à l’Arche D’Avenirs et ses débuts difficiles, en passant par la rue Corvisart, elle fut de tous les combats. Elle, cette femme persévérante qui pratiquait le karaté à un haut niveau, en connaissait les arts : celui de l’attaque comme celui de l’esquive qu’elle transmettait à celles et à ceux qui décidaient à son contact de retrouver cette indispensable estime de soi pour mieux affronter l’avenir et construire un devenir moins souffrant.


Ainsi Marciane PIERRE incarna, la première et plus que tout autre, la belle devise de La Mie de Pain, « de l’urgence à l’insertion » qu’elle contribua, avec ses collègues, à énoncer et à communiquer dans le champ de la lutte contre l’exclusion.


Après son départ de la Mie de Pain en 2007, elle offrit ses services au Cœur des Haltes, puis à l’association Emmaüs Solidarité. Après avoir géré et animé un centre d’hébergement, elle se retrouva responsable de la Maison du 13e, un lieu d’accueil de jour installé dans l’enceinte de l’Hôpital de la Salpêtrière.


En 2013, elle explorait d’autres voies d’accompagnement socio-économique en Lozère, département où elle souhaitait jeter durablement l’ancre de sa barque.
La vie malheureusement ne lui en n’a pas laissé le temps.


Marciane sera inhumée ce vendredi 7 novembre 2014 à 13h00 au crématorium du cimetière du Père Lachaise (Paris 20e). 
La Mie de Pain s’associe à la douleur de ses proches et leur présente ses plus sincères condoléances.

Reprise de la distribution de 200 repas extérieurs pour l’hiver

Le réfectoire de La Mie de Pain au début du XXème siècle

Le réfectoire de La Mie de Pain au début du XXème siècle

La Mie de Pain est créée à la fin du 19e siècle à Paris, et devient célèbre dans le 13ème arrondissement lorsqu’elle sert pour la première fois à l’hiver 1891, une soupe populaire aux déshérités du quartier : « On donne bien du pain pour nourrir les oiseaux, pourquoi n’en donnerions-nous pas pour nourrir les hommes ? »

Il s’agit alors de répondre à l’urgence, de permettre à ceux qui ne le peuvent pas, de manger au moins un repas chaud chaque jour.

 

Cette soupe populaire est restée une tradition à La Mie de Pain, honorée chaque hiver depuis sa création il y a 123 ans.

C’est pourquoi depuis le 20 octobre 2014, Le Refuge (centre d’hébergement d’urgence et d’insertion) ouvre chaque soir ses portes à environ 200 personnes qui viennent y dîner. Des personnes aux profils parfois très différents, des hommes, des femmes, des personnes âgées, des gens du quartier, qui ont besoin de cette aide ponctuelle de La Mie de Pain pour bénéficier d’un repas chaud et équilibré, dans un lieu digne, convivial et sûr. « Ce repas est parfois le seul moment d’échanges et de contact pour certains… » ajoute Christophe Piedra, directeur du Refuge.

 

C’est ainsi que jusqu’à la fin de la période hivernale (aux environs de la fin avril), 200 repas sont servis le soir pour ces personnes venant de l’extérieur. Des repas entièrement financés grâce aux dons reçus par l’association, en plus des 300 dîners préparés et servis tous les soirs et toute l’année aux hébergés du centre. Chaque repas est estimé à environ 3,5 euros par personne, soit près de 6000 euros par semaine pour l’ensemble de ces repas dits extérieurs.

 

« Nous restons fidèles aux missions fondatrices de La Mie de Pain par ce service de repas dits extérieurs. C’est important de poursuivre la réponse à l’urgence » précise Christophe Piedra.

 

Le Refuge, réfectoire en 2014

Le Refuge, réfectoire en 2014

Comment fonctionne le service de repas extérieurs ?

Ce service fonctionne selon un système de carte repas. Les personnes souhaitant en bénéficier viennent chercher (ou renouveler) leur carte repas le lundi, il s’agit d’un accueil inconditionnel.

La carte est valable une semaine. Chaque soir, les présences sont relevées. Les personnes qui ne viennent pas durant trois soirs consécutifs, voient leur carte repas réattribuée le lundi suivant (sauf si bien sûr elles se présentent pour le renouvellement). « L’idée c’est de ne pas perdre de place et faire que ces 200 cartes repas profitent à un maximum de personnes » ajoute Christophe Piedra.

 

Retour sur les 3 journées portes-ouvertes

Le 28 janvier 2014, après plus de deux ans de travaux, les nouveaux locaux de La Mie de Pain ouvraient leurs portes.

Accueillant Le Refuge, La Plateforme – Relais Social ainsi que les deux chantiers d’insertion, les nouveaux bâtiments de l’association se sont élevés sur le terrain historique de celle-ci, rue Charles Fourier (13e arrondissement de Paris). Continuer à lire

Journées solidarité entreprise. La Mie de Pain rencontre les groupes Novartis et L’Oréal

L’une des quatre principales missions de La Mie de Pain est de faire évoluer le regard porté sur les personnes exclues. Pour cela, créer des passerelles entre différentes populations peut être un excellent levier pour contribuer à l’évolution des regards portés sur les plus démunis. Continuer à lire

Consultez les comptes 2013 de La Mie de Pain

Comité de la Charte LOGO

La Mie de Pain est labellisée par le Comité de la Charte du don en confiance. Il s’agit d’un organisme sans but lucratif qui existe depuis plus de 20 ans. Il a pour mission de contrôler les associations et fondations faisant appel à la générosité publique.


Le Comité a élaboré un ensemble de règles déontologiques regroupées dans une Charte que La Mie de Pain s’engage à respecter. Son application est régulièrement contrôlée par Le Comité.


L’agrément du Comité impose 4 grands principes :

  • fonctionnement statutaire et gestion désintéressée,
  • rigueur de la gestion,
  • qualité de la communication et des actions de collectes de fonds,
  • transparence financière.


C’est ainsi que pour répondre au quatrième grand principe, La Mie de Pain met chaque année ses comptes en ligne sur son site Internet.

Vous pouvez désormais consulter nos comptes pour l’année 2013 en cliquant ici.


En savoir + ? Aller sur Nos comptes.

800 domiciliations pour personnes SDF à l’Arche d’Avenirs

L’Arche d’Avenirs, accueil de jour de La Mie de Pain, propose aux personnes sans domicile fixe, un Service Domiciliation qui compte 800 places. Mais au fait, qu’est-ce qu’une « domiciliation » ? Que permet-elle ? Comment fonctionne ce service ? Quelques réponses. Continuer à lire

Notre page Facebook a atteint 500 fans, merci !

Lancée le 17 octobre 2013 à l’occasion de la 26ème édition de la Journée mondiale du refus de la misère, la page Facebook de La Mie de Pain vient d’atteindre les 500 fans. Certes, un petit pas comparativement à certaines importantes ONG dont les pages Facebook dépassent souvent les centaines de milliers de fans, mais un petit pas quand même !


Merci à tous ceux qui suivent La Mie de Pain sur Facebook, qui relaient nos actus et qui nous aident à poursuivre l’une de nos principales missions : faire évoluer le regard porté sur la précarité.

 

Mission N°3

ORIENTER
RELOGER
RÉINSERER

UN DON DE
35€
REPRÉSENTE

1 JOURNÉE DE PRISE EN CHARGE POUR 1 JEUNE EN DIFFICULTÉ

Voir nos autres missions >